Nos corps

Nos corps

Si l’on veut changer, accéder à une meilleure version de soi, la cristalliser au quotidien, il est NÉCESSAIRE de MIEUX SE CONNAITRE.

Mieux se connaître peut vouloir dire se confronter à soi comme il peut vouloir dire en apprendre plus sur la façon dont on est conçu. L’intérêt de cet article se trouve dans le fait qu’il va vous permettre d’envisager différemment vos difficultés quotidiennes à changer ou évoluer.

Une partie de cet article va vous sembler être une évidence. Et oui, au départ rien de nouveau ou rien que vous ne sachiez déjà. Ceci dit il se peut que vous ayez un peu ‘’oublié’’ ou ‘’perdu de vue’’ certains éléments. Certaines phrases ou certains mots pourront alors faire l’effet d’une étincelle ou d’une bouffée d’air en vous : bonne nouvelle, c’est au travers de cette sensation que s’exerce l’intuition. Alors, rafraichissez-vous la mémoire, l’essentiel se cache derrière les évidences.

L’image que l’on a de soi, l’identité que l’on s’accorde le ‘’qui on croit être’’ a un impact important sur notre façon de gérer notre vie, prendre nos décisions, choisir nos actions. La définition de qui l’on est va LIMITER notre champ d’action, nos pensées, nos objectifs et même nos réactions émotionnelles.

Si l’on veut grandir, évoluer, avancer, changer, se perfectionner il est PRIMODIALE de faire évoluer la perception que l’on a de soi.

Si l’on considère ce ‘’qui l’on est’’ comme étant uniquement notre nom, notre prénom, notre métier, nos activités régulières, nos compétences alors nos décisions seront limitées par notre métier, nos activités régulières, ce que l’on pense qu’est capable de faire ou ce que l’on croit savoir.

Voici quelques éléments qui vous permettrons de mieux vous connaître lors de vos phases d’introspections, de prise de décision :

Vous n’êtes pas votre corps, vous n’êtes pas vos pensées, vous n’êtes pas vos émotions.

En fait, je ne chercherais pas ici à répondre à cette grande question : qui sommes nous vraiment. Ceci dit, voici l’impact que ces trois phrases peuvent avoir sur vous.

Votre corps est votre véhicule, vos possessions sont des outils.

Vous n’êtes pas votre corps, inutile de vous attacher à votre apparence où de lui accorder une importance disproportionnée. Vous pouvez libérer votre attention de ces futilités et libérer un espace pour accéder à votre intuition ou vos envies profondes. Vous n’êtes pas votre maladie, mais le quelqu’un dans la circonstance de la maladie. On ne dit pas je suis grippe, mais j’ai la grippe.

De la même manière, est-il utile de le rappeler, vous n’êtes pas vos possessions. Celles-ci ne sont que des choses que vous cherchez à accumuler afin de faire grossir ou d’embellir ou de sophistiquer votre image de vous. Image éphémère, trompeuse menant à une course sans fin et vous éloignant de réalisations beaucoup plus importantes à vos yeux.

Vos pensées sont le résultat de l’attention que vous portez autour de vous.

Vous n’êtes pas vos pensées, vous n’avez pas besoin de réfléchir pour penser, vos pensées se créer d’elle-même et vous êtes ce quelqu’un qui peut les observer. Vous ne contrôlez pas vos pensées, mais vous pouvez choisir ou non de leur accorder de l’importance.

Si vous pensez régulièrement à votre nez tordu cela envahira vos journées. Si quand ces mêmes pensées vous viennent et que vous décidez de centrer votre attention ailleurs alors, vous ne nourrissez pas cette pensée et ‘’magiquement’’ cela ne vous ralentie pas dans vos prises de risques ou dans l’accomplissement de vos envies.

Vos émotions sont le résultat de vos expériences passées.

Vous n’êtes pas vos émotions, en fait on n’a pas besoin de vouloir avoir une émotion pour en avoir une, le simple fait qu’il y ait quelque chose qui se présente à nous qui met en contraste une joie, une frustration ; va déclencher quelque chose. Ce n’est pas nous qui le maîtrisons.

Alors, vous pouvez choisir de laisser vos émotions contrôler votre vie, ou de vous en détacher (sans pour autant les renier, ce qui serait contre-productif. Et je pèse mes mots). Comment ? D’abord en reconnaissant que cette émotion et une réaction chimique puis en vous plaçant dans le rôle de l’observateur. Cette émotion que vous pouvez observer est belle est bien là, mais vous, l’observateur ne laissez pas l’opportunité à cette émotion de prendre la décision à votre place.

Au passage, vous n’êtes pas votre caractère. Alors les phrases du type « c’est tout moi » ou « de toute façon je suis comme ça » ou « On ne change pas » ou encore « Je suis victime des circonstances » :   OUBLIEZ LES ! Tout ça c’est juste bon à vous faire stagner. Et on appel cela des croyances limitantes.

Alors oui, on ne contrôle pas tout, pas grand-chose en faites. Nos pensées, nos émotions et nos actions sont automatisées pour 98% d’entre elles (et plus les recherches avance, plus ce chiffre semble grossir). Alors quoi, on est des robots ? Non, nous préférerons nous dire que nous sommes assis sur le siège passager dans la voiture de notre destinée. On ne contrôle pas le chauffeur, mais on peut lui murmurer à l’oreille.

Cette personne qui murmure à l’oreille du chauffeur, vous pouvez décider des conseils qu’elle émet. Pour le reste, vous ne décidez pas, la vie suit son cours. Ce pilote automatique pourrait très bien fonctionner tout seul. Mais dans ce cas, autant vous le dire tout de suite, rien ne va changer, vous continuerez de retrouver au quotidien les mêmes événements qui se répéterons encore et encore et vous mèneront toujours dans les mêmes endroits.

Car si l’on devait donner quelques caractéristiques (ou stratégies) de ce pilote automatique :

-Il ne va que dans des endroits qu’il connait. Ou cherche à les retrouver dés qu’il se perd un peu.

-Accélère et ralentie toujours dans les mêmes circonstances.

-Il aime bien le confort.

-Se met à hurler dés que le paysage semble nouveau et qu’il n’a plus de repère.

-Prend des décisions basées uniquement sur son expérience de la route : une relation sérieuse est aperçue sur la droite, la dernière fois qu’on y est allé on à eu un accident alors cette fois c’est mort, je ne vais pas à droite.

-Fait tout pour confirmer son expérience de la route, reproduire ce qui lui est familier. « Ce dernier accident qu’on a eu, c’était les mêmes paysages que maintenant, alors je vais me débrouiller pour créer cet accident de nouveau. Histoire de bien faire comprendre à mon copilote qui c’est qui pilote et que j’ai raison. »

-Il est un peu débile.

A ben oui, faut le dire : si monsieur à décidé qu’il était préférable de prendre un dos d’âne à 80km/h pour créer un accident parce que d’après lui « c’est toujours ce qu’il se passe quand il y à un dos d’âne » il va le faire.

Il à un EGO démesuré le salop, mais on l’aime bien. Parce que pas de pilote, pas de mouvements. Pas de mouvements, pas de vie. Pas de vie, pas de palais. Pas de palais…

Pas de palais.

Et c’est un peu (beaucoup) comme ça que l’on fonctionne nous-mêmes. L’heure est venue de l’admettre jeunes humains.

Qu’est-ce qui fait qu’il est aussi dur de rendre un dossier à l’heure au travail, alors que merde, on est toujours à la bourre !? Pourquoi replonger encore dans ce type de relation, êtres attirés encore par ce genre de personne !? Pourquoi je rencontre toujours ce type de problème au travail, toujours des personnes qui réagissent comme ça avec moi ? Pourquoi ces habitudes si mauvaises me mènent la vie dure et qu’il est si difficile d’en changer !?

Alors que, en fait, je le sais, je le sais très bien où ça me mène tout ça. Mais non… PLOUF… le grand plongeon systématiquement encore et encore.

Alors on fait quoi !? Nan, parce que si je comprends bien : même si on murmure à notre chauffeur de prendre à droite plutôt qu’a gauche pour changer, de toute façon, ce con (que j’aime quand même) va nous planter ou crier si fort pour faire demis tour qu’il me faudra céder. Et que, même si je décide d’ignorer ses cris, alors il va se vexer et braquer le volant direction ce gros platane après une bonne accélération.

C’est vrai quoi. Qu’est-ce qu’il nous reste ? On change comment ? On change quoi ? On commence par où ?

Si vous voulez changer quelque chose dans votre quotidien, suivre un nouvel objectif ou arrêter de suivre d’anciennes voies. Il est INUTILE DE FORCER le mouvement. INUTILE de CONVAINCRE PAR LA RAISON.

=>Ça c’est juste histoire de vous faire comprendre que si voulez jouer au plus convaincant ou au plus sournois, vous allez perdre.

Imaginons de nouveau…

Assis sur votre siège, votre pilote à décider de vous amener dans un lieu qui vous est familier mais qui ne vous apportera rien, un lieu que vous voulez fréquenter de moins en moins au profit d’autres endroits plus jolies, prometteurs, inspirants.

Une astuce, pour parvenir à être en accord avec l’effronté pilote, va consister à lui MONTRER (vous montrez à vous-même) que ce lieu où vous voulez aller vous apporte du positif.

Vous pouvez y aller à forte dose ou à faible dose, en réalité la seule chose qui compte c’est la répétition, la stabilisation pour parvenir à la mise en accord.

Je vous conseil la technique des petits pas, succinctement et sans détails cela consiste à effectuer des ACTIONS de PETITE ENVERGURE.

=>On parle bien ici d’actions, de mouvements, de découvertes concrètes par le corps, de confrontations.

“La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent.” Albert Einstein.

Un détail important pour finir : bien votre pilote, que nous pouvons désormais appeler inconscient, soit responsables de vos attaches physiques matérielles, de vos pensées et de vos émotions, il n’y à que vous, QUE VOUS QUI PUISSIEZ Y CHANGER QUELQUE CHOSE.

« Sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère : sème un caractère, tu récolteras une destinée. »                    DALAÏ LAMA

Libérez l’espace que l’image de votre corps occupe, diminuer également l’attachement à vos possessions mais accepter que ce soit le seul véhicule en votre possession et que certains outils vous sont nécessaires.

Vivez vos émotions mais ne vous attardez pas dessus.

Accepter vos pensées mais choisissez celle que vous entretenez.

Libérez-vous.

Partager l'article :
  •  
  •  
novembre 16, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *