La respiration

Nous avons déjà parlé de la RESPIRATION dans l’article nos pensées comme moyen de les calmer, les ralentir, les rencontrer, les laisser aller jusqu’à l’APAISEMENT.

Mon idée ici n’est pas de faire un article scientifique sur les effets de la respiration sur notre corps ou notre cerveau, bien qu’il y ait beaucoup de chose à dire à ce sujet que nous aborderons plus tard.

Je vais préférer vous confier ma connaissance par l’expérience, vous livrer mon ressenti, ma rencontre et mon dialogue avec la respiration, vous livrer tout ce que cela a su m’apporter et vous apportera sans aucun doute.

Vous en avez marre d’ÊTRE PERDU, vous vous sentez HYPER SOLLICITÉ, votre tête fume et vous avez du mal à ÊTRE SIMPLEMENT là, en détente ?

Vous voulez que cela change et vous savez que pour cela il faut que vous vous arrêtiez un peu et que vous commencez à renouer le dialogue avec vous-même ?

Vous vous rendez compte que, de toute façon, ce qui est là est là, qu’il faut faire avec mais vous voulez maintenant que le temps ralentisse et vous laisse d’avantage le temps de vous exprimer clairement et simplement ?

Alors, allez passer un aprèm à disneyland, amusez-vous ! Revenez plus léger et demain, tout aura repris, résultat garantie.

Ou alors, acceptez de prendre le temps de vous écouter 5 minutes par jour, c’est tout ce que vous aurez à faire pour instaurer un dialogue avec vous-même. Vous verrez, c’est comme un agréable souvenir qui revient à vous et vous rappel qui vous êtes, ce que vous voulez et ce qui n’a pas d’importance pour vous.

Quand on parle de respiration, on parle d’incarnation physique et de moment présent.

Comprenez bien que, la RESPIRATION CONSCIENTE (la respiration sur laquelle vous concentrez votre attention) vous permet d’être là et pas ailleurs.

C’est une sorte de connexion à ce qui se passe réellement pour ne pas être dans votre tête, être sur la lune, ou avoir la tête dans les nuages.

Contrairement à toutes ces expressions qui semble nous envoyer vers le haut, la respiration va nous renvoyer vers le bas, dans notre corps, dans nos émotions de joies comme de peine.

Mais bien au-delà de cela, la respiration sur laquelle on porte son attention régulièrement en visant le calme, conduit immanquablement à l’APAISEMENT.

Pour moi, c’est faire connaissance avec l’infini et l’éternité.

Je n’ai pas envie de partir trop haut dans cet article (je vous réserve ça pour plus tard) et, au moment où j’écris cet article et ou je m’aperçois que je m’envole ailleurs, je fais une pause et vais respirer a plein poumons 2 ou 3 fois avant de reprendre…

A quels résultats s’attendre ? Et en combien de temps.

Une fois que vous aurai ressentie cet apaisement vous comprendrez simplement que le bruit de vos pensées ou celui qui vous entour vous éloigne de vous-même, et vous aurez simplement ENVIE DE VOUS RETROUVER.

Il me semble que 2 semaines à raison de 5/10 minutes par jours soit nécessaires pour pouvoir se connecter rapidement à sa respiration et revenir à un état de calme.

Il vous faudra peut-être une semaine de plus pour retrouver cette sensation en 3 respirations et quand vous le voulez.

Mais cela reflète mon expérience et dépendra de votre capacité de concentration de départ (pour tout vous dire, je suis parti d’assez loin).

Alors vous aurez un moyen simple et rapide pour être d’AVANTAGE DISPONIBLE ET APAISÉ dans votre quotidien quand vous en ressentirez le besoin.

Concrètement – Quelle utilité ?

Les choses qui vous irritent, vont progressivement avoir moins d’influence sur vous car vous constaterez que, de toute façon, cette sensation de calme est toujours là quelque part.

Les pensées vont se ralentir et votre concentration va s’améliorer, ce qui vous permettra d’être plus lucide et efficace dans vos tâches.

Des INTUITIONS vous viendrons, sous la forme d’envies, de pensées, d’idées, de création. Vous saurez enfin reconnaître que celles-ci vous sont propres et n’appartiennent qu’a vous. Vous saurez les reconnaître car elles vous rappelleront cette sensation de fluidité, ce lieu paisible, cette énergie tranquille. Vous la reconnaîtrais également car elle vous paraîtra comme une évidence, comme une bouffée d’air plus pure qu’à l’habitude. Parfois, vous verrez que malgré la surprise qu’une telle pensée peut provoquer, cette direction vous semble légère dans l’instant ou la percevez, SALVATRICE.

J’veux essayer, comment qu’on fait ? 

L’idée générale : Portez votre attention sur une respiration l’une après l’autre.

Vous vous apercevrez progressivement que chaque respiration est différente de la précédentes.

La respiration qui compte est celle qui a lieu MAINTENANT.

Ne cherchez pas à la contrôler, accompagnez là (c’est en pratiquant que vous percevrez la nuance).

L’inspiration et l’expiration doivent être complètes pour être automatique.

Les pensées passent, c’est normal, votre inconscient vous parle et cherche même à vous distraire, vous ne craignez rien. Il le fait sans que vous vous en rendiez compte d’habitude, alors, rien ne va être bouleversé.

Après avoir perdu de vue votre respiration, reprenez au début et avancez progressivement.

Les yeux fermés, dans une position confortable de votre choix (prévoyez peut-être une petite couverture). (Je faisais ça allongé avant de m’endormir, pas la meilleur solution mais ça à marché).

Etape 1Inspiration par le nez expiration par le nez (si possible)

Commencez TOUJOURS par 3 grandes respirations complètes.

Chercher la sensation précise de l’air frais qui entre par votre nez lors de l’inspiration

Chercher la sensation précise de l’air chaud qui sort de votre nez lors de votre expiration

Temps d’inspiration = temps d’expiration 

=>Vos pensées vont vous distraire et c’est le moment d’exercer votre concentration, revenez quand vous le pouvez à votre respiration.

=>Répétez cette étape une fois par jour pendant 5/10 minutes

=>Au début, rien ne se passe, les pensées fusent, la concentration est difficile à maintenir.

=>Au bout d’une semaine, vous accéder plus facilement à ces sensations et vous les ressentez plus finement, les pensées commences à ralentir.

Etape 2 – Marquez une pause entre les inspi/expi et entre les expi/inspi

Commencer par vous connecter à l’étape 1, ce qui devrait être plus rapide qu’au début, malgré les pensées qui arrivent toujours de temps à autres.

Concentrez-vous maintenant sur le trajet de la respiration à l’intérieur de votre corps.

A quel endroit précis de votre corps s’arrête cette inspiration ? Accompagnez la vers le ventre, respiration après respiration.

A l’expiration, ressentez le relâchement, concentrez-vous sur cette sensation.

=>Vos pensées sont toujours là pour vous distraire et vous parvenez à voir que certaines tournes en ronds, laisser les être tel qu’elles sont, c’est vous-même que vous rencontrez.

=>Vous vous rencontrez plus en profondeur, il est normal que votre inconscient cherche à vous distraire d’avantage.

=>Au bout d’une semaine, vous accédez parfois à un endroit calme, apaisant, rassurant.

=>Après avoir vécu cette sensation plusieurs fois, vous serez capable d’accéder à ce lieu avec uniquement 3 respiration et à n’importe quelle moment de la journée.

Et là, là, la magie commence vraiment à opérer. Quand vous le voudrez dans la journée, en cas d’hyper sollicitation, de flou mental, de perte de repère, hop ! 3 respiration complètes connectées au ventre (et pas forcement les yeux fermé) en recherchant les sensations dans votre corps. Vous vous retrouvez, vous retrouvez le calme et vous êtes davantage lucide, s’il vous vient l’envie de ne pas répondre, faites-le avec le sourire car enfin vous savez vous écouter.

C’est tout beau tout rose ?

Lorsqu’on se rencontre cela fait parfois PEUR, encore une fois, cette peur est FICTIVE, votre existence n’est en aucun cas menacé. Cette peur est juste présente en vous pour une raison qu’il n’est pas utile de comprendre.

IMPORTANT, sachez que si la respiration à le pouvoir de vous connecter à votre monde intérieur et vous révèle parfois des vérités qui libère, des simplicités légères des chuchotement doux et prévenants, elle vous fera également reconnaître clairement certaines pensées qui tournes en rond. Celles qui vous tracasses, qui vous minent ou les sujets qui provoque de l’inconfort, il vous faudra alors vous dire à vous même que CELA EST VOTRE VÉRITÉ DU MOMENT – sachez cependant que cela n’est en aucun cas quelque chose qui est permanent en vous, et que si ces idées se présente à vous maintenant c’est que vous devez vous calmer et vous laisser aller à ce qui se passe après. Derrière la peur se trouve le gout d’une nouvelle liberté, pour la traverser il faut d’abord la ressentir, accepter de se laisser aller et RESPIRER, vous êtes toujours vivant 😉.

Bien que cet outil soit INDISPENSABLE pour qui veut se connaître vraiment, cela ne concerne que le monde intérieur et il ne peut en aucun cas remplacer les actions que vous mettrez en place dans votre quotidien pour changer votre réalité.

Commencer simplement par suivre ces nouvelles idées qui vous viennent, trouvez le moyen de vous en approcher ne serait-ce qu’un peu, levez-vous, tenez-vous droit et dites-vous : JE FAIS CELA POUR MOI

Et, croyez-moi ou non, mais il est possible que de nouvelles connaissances ou de nouvelles expériences viennent se présenter à vous naturellement, suivez-les !

Libérez vous.

ACHTUNG :

-Cet article traite uniquement de mon expérience. Je vous révèle ici ce que j’ai vécu, appris et retenu de longues séance (parfois plusieurs heures).

-Dans mon expérience, la sensation agréable de confort et les progrès rapide ressenti lors de mes séances de respiration m’ont ”déconnecté” de la vie réelle dans le sens où j’étais mieux dans mon univers intérieur que dans la vie réelle. J’allais m’y réfugier dès que je pouvais, ma vie extérieure m’étais désagréable en comparaison à ce que je vivais en moi. Rien ne changeait, mis à part le fait que, dans les moments où j’en avais plein la tête, 3 respirations me suffisait pour me calmer et me retrouver (un bien fou j’vous dit !).

Partager l'article :
  •  
  •  
novembre 30, 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *